Le guerrier s’est couché

images (1)

Il est de ces personnes que l’on a  jamais rencontré et qu’on ne rencontrera jamais mais dont l’histoire nous marque.

Ce que je sais de lui je l’ai tiré de mes lectures et des documentaires qui lui sont consacrés. Il a écrit sa vie et forgé sa légende.

« Crâneur » il l’a été. Son surnom « The Greatest » en témoigne. Mais il est resté digne et fier de ce qu’il était.

Sa vie, ses combats, sa maladie m’ont vraiment conforté dans l’idée que les choses peuvent mal tourner, mais que nous pouvons et devons rester dignes.

Chaque jour qui passe mes yeux se posent sur la misère humaine, mon cœur se fend de ne pouvoir y changer grand-chose, ma voix et mes gestes essaient tant bien que mal de la combattre. Quand le désespoir frappe à la fenêtre, des hommes comme Muhammad Ali nous rappellent que l’espoir et la lumière sont là, devant la porte.

images (2)

De ses combats nous ne sommes pas tous partisans, de sa manière de les mener non plus, mais nous devons tous nous inspirer de sa dignité et de sa détermination à les mener.

Des combats il en a mené, du corps à corps au spirituel en passant bien sûr par la maladie, il les a en majorité tous gagnés.

On me dira que la maladie l’a emporté, mais je répondrai non. Il était juste temps pour le guerrier de déposer les armes, car sa maladie il l’a combattue comme tous ses combats. Découverte bien avant que ma mère à moi ne me porte dans son ventre, il la combattait encore et toujours 32 ans après.

Ne jamais abandonner, jamais, même quand tout nous semble perdu ou inatteignable. Perdre mais revenir, tomber et se relever, ne pas avoir peur et ne pas se contenter de peu quand on peut acquérir plus …

Des murs, il en a fait trembler, des hommes il en a cogné, mais devant Dieu il est resté plus humble que jamais. Il a dit: « Il (Dieu) m’a donné la maladie de Parkinson pour me montrer que je n’étais qu’un homme comme les autres, que j’avais des faiblesses, comme tout le monde. C’est tout ce que je suis : un homme. » Malheureusement le monde en produit peu des « Muhammad Ali ».

Fort de ses convictions, fier de sa force, crâneur international, arrogant comme une peste, il reste pour moi et pour tout un monde une légende et une grande source d’inspiration.

Adieu le Lion !

Matagaly T.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *